Kharkiv. Chronique de l’attaque de la ville, jour 95 (29/05/2022)

Les bombardements isolés de Kharkiv se poursuivent – Les russes continuent de tirer sur la périphérie nord. Le chef des forces spéciales du Kraken, Konstantin Nemichev (ces gars se battent au nord de la ville et ont participé à la libération de toutes les banlieues est et nord de Kharkiv) a déclaré sans ambages qu’il était trop tôt pour retourner à Kharkiv en raison de la situation sécuritaire  – ce n’est pas stable. Zelensky est venu à Kharkiv pour visiter Pivnichna Saltivka (Nord), ainsi que les positions de nos militaires. Un autre problème est le licenciement de Roman Dudin, le chef de la Service de Sécurité de l’Ukraine dans la région de Kharkiv, parce qu’il a placé la sécurité personnelle au-dessus des intérêts de l’État et n’a pas fait assez pour défendre Kharkiv et la région. Il y a des bombardements de banlieues au nord et à l’est de Kharkiv, il y a des arrivées à Merefa.

 

Kharkiv a continué à être bombardé, bien qu’il s’agisse de frappes d’artillerie isolées dans les quartiers nord de la ville – il y a eu des arrivées dans le village de Joukovski, l’Université d’aviation de Kharkiv et le nord de Saltivka. Il y a des dégâts et des dégâts mineurs, mais heureusement pas de victimes.

 

Les bombardements se sont poursuivis dans la banlieue nord – Borshchova, Rouski et Tcherkasky Tyshky, Tsyrkuny, Rouska Lozova, Proudyanka, Slatine, ainsi que Dergacthi. Des bombardements ont également eu lieu dans le district de Tchouguoiv – une ligne électrique a été endommagée près du village de Malynivka (le centre de la communauté de villages de Malynivka). Et à la fin de la journée, vers minuit, il a eu de nouveau frappes sur Merefa – les entrepôts sont détruits.

 

Les combats se poursuivent au nord et au nord-est de la ville – assez actifs, car les russes ont lancé une frappe aérienne sur Proudyanka. Il y a aussi des combats près du village de Ternova dans la communauté de village de Lipetsk.

Одна з пошкоджених багатоповерхівок у Харкові (квітень 2022 року)
Фото: Сергій Петров, CC BY-SA 4.0

Il a plu pendant plus de la moitié de la journée aujourd’hui – il ne faisait pas chaud. Il y a peu de monde dans les rues – soit à cause de la pluie, soit à cause du dimanche, soit à cause du manque de carburant. Il est très probable que certains d’entre eux sont revenus et sont partis – je connais plusieurs exemples de ce genre. J’ai également entendu dire que certains de ceux qui prévoyaient de retourner dans la ville avaient reporté ces plans après le bombardement actif de Kharkiv.

 

De plus, le chef des forces spéciales de Kraken, Konstantin Nemichev (ces gars se battent au nord de la ville et ont participé à la libération de toutes les banlieues est et nord de Kharkiv) a directement déclaré qu’il était trop tôt pour retourner à Kharkiv en raison de la situation sécuritaire – il n’est pas encore stable. En outre, un grand nombre de voitures sur les routes, a-t-il dit, entravent les déplacements des militaires et des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions officielles. Et, bien sûr, il n’y a rien à voir avec les enfants de Kharkiv – de nombreux jardins d’enfants sont endommagés, de nombreuses écoles sont endommagées et inadaptées à la reprise du processus éducatif.

 

L’un des immeubles de grande hauteur endommagés à Kharkiv (avril 2022) Photo : Serguii Petrov, CC BY-SA 4.0

 

Malgré le fait que le secteur des services s’ouvre et en partie des établissements commerciaux différents, le vrai business n’est pas très actif à cet égard. De plus, de nombreuses industries se sont délocalisées de Kharkiv vers l’ouest de l’Ukraine et ne veulent pas revenir ici avant la fin de la guerre. Et je ne pense pas qu’ils rétabliront alors l’échelle de capacité qui était ici. Il s’agit plutôt des perspectives économiques de la ville. Ils ne sont pas très encourageants, malgré les assurances de la ville et des autorités régionales.

 

Zelensky est arrivé à Kharkiv pour visiter Pivnichi Saltivka (lieux de pèlerinage pour les journalistes), ainsi que les positions de nos militaires, en particulier, il a visité la 92e brigade mécanisée du 227e bataillon de la 127e brigade de défense territoriale des forces armées (c’est pas de secret – ils ont parle dans les réseaux sociales) . La récupération a également été évoquée. Un autre mantra – nous restaurerons et reconstruirons tout. Tout ne sera pas restauré et reconstruit. De plus, il ne sert à rien de reconstruire dans la périphérie nord tant que la Russie n’est pas liquidée en tant qu’État unique – précisément à cause de la menace constante d’une autre guerre.

 

Selon l’administration militaire de la région de Kharkiv, 2 229 immeubles de grande hauteur ont été endommagés et détruits dans la région de Kharkiv, dont 225 ne font pas l’objet d’une restauration. Il est difficile de dire sur la base de quelle méthode tout cela est calculé, car les commissions n’ont pas encore inspecté toutes les maisons du même Kharkiv – le maximum, qui est une enquête superficielle.

Un avantage inconditionnel est la proposition de Zelensky d’abandonner les maisons en panneaux préfabriqués qui, en cas de dommages graves à l’ensemble de l’article, ne peuvent pas être restaurées et doivent être démolies.

 

Un autre problème était le licenciement de Roman Doudin, le chef de la Service de la Sécurité de l’Ukraine dans la région de Kharkiv. Officiellement, il a été licencié parce qu’il plaçait la sécurité personnelle au-dessus des intérêts de l’État et qu’il n’en faisait pas assez pour défendre Kharkiv et la région. Je ne commenterai rien maintenant, une enquête des forces de l’ordre est prévue, mais je noterai que fin janvier – mi-février, il a attaqué à plusieurs reprises le général bureau de la défense de Kharkiv – et Konstantin Nemichev, et les députés des conseils locaux de l’UE, qui ont unanimement a appelé à un démarrage immédiat des travaux pour renforcer la défense de Kharkiv et de la région, le déploiement de la défense antiterroriste, il n’est pas trop tard. Cependant, il y a des questions aux M. Bakanov et Zelensky – comment il est arrivé qu’une telle personne occupe un poste dans la région frontalière et pourquoi les conclusions organisationnelles n’ont été tirées que maintenant.

 

Des combats ont lieu dans le sud-est de la région – dans les directions Slovyansk (Dovhenke – Pasyky) et Barvinkove L’armée ukrainienne se défend. Le bombardement des villages de première ligne se poursuit également.

 

La situation dans les territoires occupés est stable – il n’y a pas de possibilité de retirer de l’argent, il n’y a pas de connexion et d’Internet, choix limité de médicaments, de nourriture, etc., et aussi de hauts prix. Le rouble apparaissent progressivement à côté de la hryvnia.

Les russes recherchent des cheminots pour aider à restaurer la ligne de chemin de fer de Koupyansk à Svyatogorsk. Eh bien, au moins ils ne sont pas descendus sans s’expliquer d’abord. Le chef du district le plus peuplé de la communauté de Borivka s’est porté volontaire pour coopérer avec les occupants. Les hors-la-loi locaux coopèrent également avec les rascistes, qui sont également impliqués dans le pillage des biens dans les maisons des résidents de la communauté.

 

La situation est difficile dans les régions de Lyman, Severodonetsk et Bakhmout, mais la ligne de front s’est stabilisée. Et les forces armées ont même repris plusieurs villages en direction de Popasna pour sécuriser la route de la vie entre Bakhmout et Severodonetsk.

 

A Melitopol, les habitants ont participé à l’action “Ruban jaune” et chanté l’hymne de l’Ukraine. Autrement dit, la résistance et la lutte continuent. Dans une autre petite ville de la région de Kherson, les enseignants ont refusé de passer aux programmes éducatifs russes, en partie parce qu’ils ne voulaient pas trahir leurs élèves. Malheureusement, je n’ai pas connaissance de telles démarches d’enseignants des territoires occupés de la région de Kharkiv – très probablement à cause du point de vue pro-russe d’une grande partie d’entre eux. Et oui, c’est un fait et un phénomène bien connus dans la région de Kharkiv, dont je parle depuis de nombreuses années.

 

En Russie, dans les zones frontalières de Belgorod et d’autres régions, il y a eu de fréquents cas de viols par l’armée moscovite – ce n’est pas étonnant. Il y aura des meurtres et tout ça. La permissivité a un revers. Et à Valuyki de la région de Belgorod, le militaire KAMAZ a écrasé le civil Renault – 2 civils racistes ont été perdus, une autre personne a été hospitalisée.

 

Drôle. Les russes pillent non seulement en Ukraine, mais aussi dans leur pays. L’un des officiers a même pillé un drone Orlan-10 et l’a envoyé par courrier à sa famille. D’abord, c’est beau. Plus de tels cas faciliteront la tâche des troupes ukrainiennes.

Drôle-2. La mobilisation cachée et aléatoire en Russie a des tendances intéressantes : à Naberezhnye Tchelny (Tatarstan) l’ordre du jour est venu même à une personne handicapée aveugle en fauteuil roulant.

 

Nous croyons aux Forces armées ! Merci à nos défenseurs pour un autre jour. Soutenons les volontaires, les médecins, les sauveteurs. Nous allons certainement gagner!

 

Serguii Petrov , historien, journaliste, documentaliste de la destruction civile à Kharkiv

історик, аналітик Інформаційного Центру "Майдан Моніторинг" (сайт "Майдан"), громадський активіст, редактор української Вікіпедії