Kharkiv. Chronique de l’attaque de la ville, jour 60 (24.04.2022)

La défense de la ville de Kharkiv dure deux mois, et pendant deux mois chaque jour la ville est bombardée par les moscovites (ndlr des russes) avec de l’artillerie de différents calibres. Depuis deux mois, la ville vit dans des conditions militaires – manque de transports, dissimulation des lumières et capacité à faire la distinction entre les avantages et désavantages. Le jour férié d’aujourd’hui a été calme, presque le plus calme des 2 à 2,5 dernières semaines.

A destroyed school in Merefa, March 2022. Photo: Serhiy Petrov, CC BY-SA 4.0

École en ruine à Merefa, mars 2022 Photo : Serguii Petrov, CC BY-SA 4.0

Dans le même temps, la journée dans la région a été très agitée – il y a eu des bombardements dans de nombreux endroits, à la suite desquels il y a des morts et des blessés.

La nuit de Pâques a été turbulente – il y a eu des bombardements par des troupes rascistes (ndlr des russes+ fascistes) dans diverses parties de la ville, mais pas trop intenses. La journée a été généralement calme: le matin, il y a eu des bombardements unitaires de certaines zones de la ville (en particulier Saltivka). Après ça, il n’y a pas eu de bombardements actifs. Ce n’est que dans la soirée que les bombardements moscovites reprennent avec peu d’intensité. Le nord de Saltivka, d’autres quartiers de Saltivka, Oleksiyivka et la périphérie sud-est de la ville ont été bombardés (l’intensité était la plus faible de tous les quartiers de la ville). Qu’il s’agisse de l’accalmie de Pâques ou d’autre chose, les habitants de Kharkiv ont eu l’occasion de faire une pause de la canonnade constante. Cependant, à la suite des bombardements moscovites, une personne a été tuée et trois autres ont été blessées.

Les bombardements moscovites de la zone suburbaine se sont poursuivis – les moscovites ont bombardé les villes et villages de la communauté de Dergachi, le bombardement de la communauté du village de Zolochiv s’est poursuivi, en particulier le village de Zolochiv (une homme blessé) et le village de Kalynove, où 2 maisons ont été détruites et 4 autres ont été endommagées. Une femme est morte à Kalynove à cause du bombardement du village.

Aujourd’hui, il y a eu des bombardements de Tchouguouiv, au cours desquels un certain nombre de maisons ont été endommagées et détruites, ainsi qu’une personne a été tuée et trois autres, dont un enfant, ont été blessées (plus tard, le nombre de blessés est passé à six). Les rascistes ont également tiré sur le village de Malynivka (le centre de la communauté du village de Malynivka) où trois personnes ont été blessées (plus tard, il est devenu connu environ 5 blessés)

Il y avait peu de monde dans les rues de la ville – la plupart des habitants de Kharkiv sont restés chez eux. Bien que dans certaines zones de la ville, il y avait des gens désespérés qui faisaient des barbecues et célébraient ainsi dans leur arrière-cour. Personnellement, je n’ai aucune information sur la participation massive des citoyens aux services religieux, mais pour autant que je sache, peu de gens y ont assisté.

La situation dans la région est compliquée. Les combats se poursuivent aux directions de Slovyansk (près du village de Dovgenke dans la communauté de la ville d’Izum) et dans la région de Barvinkove (dans la zone entre Velyka Komychouvakha et Barvinkov elle-même, qui est sous le feu, et près du village de Pashkove ; les deux villages sont dans la Barvinkove, communauté urbaine). En outre, les moscovites ont bombardé deux villages de la communauté urbaine de Barvinkove- les villages de Podolivka (l’école a été détruite) et d’Arkhangelivka (les maisons ont été endommagées). Heureusement, personne n’a été blessé dans les bombardements de ces villages.

Un mouvement de volontaires pour l’entraide s’est développé dans les territoires temporairement occupés de la région de Kharkiv. Par exemple, dans la région de Velykobourloutchyna, des volontaires aident à distribuer de la nourriture et des médicaments aux nécessiteux. Ils récoltent des fonds eux-mêmes et refusent l’humanitaire rasciste. À Koupyansk, les gens aident les personnes âgées avec l’approvisionnement en eau, au moins technique, car il n’y a pas d’approvisionnement en eau centralisé. Dans le même temps, les occupants s’étonnent de l’ampleur de cette entraide, car ils n’y sont pas habitués à la Russie. Même dans les simples questions d’entraide, nous sommes étonnamment différents des russe. Et c’est l’une des raisons de notre succès dans la défense de notre propre pays dans les conditions extrêmement difficiles d’une invasion à grande échelle.

Dans le même temps, selon les services de renseignement ukrainiens, la désinformation se répand dans les territoires occupés selon laquelle Kharkiv est presque emparé par les moscovites et que l’Ukraine a coupé l’électricité. Les rascistes introduisent également des paiements en roubles, resserrent le contrôle sur les réseaux et installent des équipements de l’opérateur de téléphonie mobile russe Megafon.

À Vovchansk, un véritable camp de concentration a été installé sur le territoire de l’usine qu’ils avaient détruite (probablement l’usine accessoiriste de Vovchansk, qui était l’une des entreprises de défense ukrainiennes), où des personnes ont été torturées et forcées de coopérer avec les occupants ou “être mobilisé”. Les tentatives de mobilisation des hommes à Izum (et là-bas, selon les responsables du conseil municipal d’Izum, il en reste plus de 10 000) ont échoué en raison de l’ignorance de ces actions.

De violents combats se poursuivent dans la zone de l’opération des forces unies. Les moscovites se sont établis dans le village de Zarichne, communauté territoriale de Lyman, et tentent de prendre d’assaut la ville de Lyman. Ils attaquent également le village de Yatskivka de la communauté Lyman du côté de Borova vers Sviatogirsk. Dans le même temps, les batailles se poursuivent pour Roubizhne et Popasna, ainsi que près de Severodonetsk. Des rascistes attaquent Avdiivka et Marinka, et deux enfants sont morts dans la communauté d’Otcheretyn à la suite de bombardements par les occupants. Des combats se déroulent également près de Vougledar et de Velyka Novosilka dans la région de Donetsk, ainsi qu’à Goulaipole dans la région de Zaporizhzhia.

Les moscovites bombardent Azovstal à Marioupol avec de l’artillerie de tous calibres et des avions, impliquant des avions stratégiques. Il y a des civils là-bas, mais il n’y a pas de couloirs humanitaires. De plus, la télévision moscovite a montré un certain Oleksandr Tchoupryn, qui aurait été le chef d’équipe de l’usine, qui a expliqué aux occupants ce qu’était le réseau de passages souterrains sous l’usine. Si une telle personne existe vraiment, c’est une trahison.

À la suite de l’attaque contre la concentration de troupes racistes près du village de Kyselivka de la communauté de village de Tchornobaïvka, les occupants ont perdu leur équipement et leur personnel et se sont retirés dans le village de Tchernobaïvka, où (à l’aéroport), selon Arestovitch, le dix-septième fois (!!!) que les rascistes ont été frappe d’artillerie. Cette situation a également permis aux troupes ukrainiennes de reprendre le contrôle de huit villages dans la région de Kherson.

Dans le même temps, selon Oleksandr Vilkul, le maire de Kryvyi Rig, les moscovites préparent une attaque contre la ville et les forces de défense ukrainiennes se préparent à repousser ces attaques.

A Kherson, les moscovites se préparent à organiser leur pseudo-référendum. Les habitants de Kherson tentent de quitter la ville, mais les occupants bloquent les sorties de la ville.

Dans les territoires russe limitrophes de l’Ukraine, quelque chose n’est pas encore calme. Le gouverneur de la région de Belgorod a déclaré que le village de Golovchino avait de nouveau été bombardé, où les services de renseignement ukrainiens ont découvert la base d’équipements militaires moscovites endommagée au combat.

Drôle et triste à la fois. L’un des prisonniers de DNR ((ndlr  territoire occupe par russe depuis 2014), de Horlivka, un professeur de langue russe mobilisé à la hâte, parlait ukrainien avec sa femme et a déclaré qu’il parlait ukrainien à la maison et russe en public. On lui a demandé s’il voyait l’illogisme que la protection des moscovites était une mobilisation de locuteurs de l’ukrainien envoyés par les occupants pour tuer des Ukrainiens, mais cela est resté sans réponse. C’est le Donbass moscovite, ouais.

Aujourd’hui, le prix de Darwin est littéralement décerné au collaborateur Valerii Kirsanov, qui a été le tireur du bombardement du quartier “Shidnii” de Marioupol par les systèmes de tir à la volée russes le 24 janvier 2015, au cours duquel 31 personnes ont été tuées et 117 autres blessées. Et maintenant, ce collaborateur est mort des dons de la mesure de “paix russe” – du bombardement moscovite.

Nous croyons en notre armée et dans les Forces armées ukrainiennes ! Soutenons-nous les uns les autres. Et nous savons – tout sera l’Ukraine!

Serguii Petrov